Cycle de lancement

 

Durant le temps de cycle, il est nécessaire de faire descendre les passagers du train qui arrive en station, puis de faire monter les suivants.
Ces deux opérations prennent environ une minute alors que l'intervalle de temps maximal autorisé entre deux lancements est de 36 secondes, ce qui conduit à une impossibilité.
La solution retenue consiste à utiliser alternativement deux voies A et B dans la gare, le train i+1 étant en cours de déchargement voie A, pendant que le train i est prêt à partir voie B.
De ce fait, les trains se succèdent, le train i étant amené à l'entrée du canon dès que la place est libre, c'est à dire à la fin du chargement du train i-1 dans le canon.
D'autre part, et pour des raisons de sécurité, il est indispensable que les trains ne se suivent pas de trop près dans le manège (un écart inférieur ou égal à 20 secondes déclenche un arrêt d'urgence de l'ensemble du manège).

Ces deux raisons (confort et sécurité) conduisent à accroître le temps de cycle actuel (30s) et à choisir le temps de cycle maximal autorisé par le cahier des charges, soit 36 secondes : les opérateurs disposent alors de 72 secondes pour faire descendre les passagers et monter les suivants.
La remise en cause des phases dynamiques du cycle étant hors de question, il sera nécessaire de jouer sur les temps d'attente en les équilibrant au mieux.

 

Le cycle séquentiel correspondant à la commande de la catapulte et des effets spéciaux est décrit dans le grafcet suivant :

 

 

Grafcet de description d’un lancement

Les opérations relatives au pousseur commandé par son asservissement de vitesse sont représentées par des macro-étapes.

 

Catégorie parente: ROOT